Planète Parr ou l’approche critique de l’univers du luxe

Photo Hélène Denamps

Photo Hélène Denamps

Avec la série « Luxury » (1994-2008), présentée au musée du Jeu de Paume Concorde,  jusqu’au 27 septembre 2009, le photographe du banal et du quotidien délaisse la famille des Groseille pour s’attacher à photographier les Le Quesnois issus de la globalisation.

La vie est un long fleuve tranquille à l’échelle planétaire

Dans la lignée de ses précédents projets sur les classes moyennes et ouvrières, Martin Parr enquête sur la richesse d’une classe internationale encore émergente, dont les codes sociaux sont fondés sur l’ostentation et la dépense. Dubaï, Durban en Afrique du Sud, Miami, Moscou ou Paris constituent une planète caustique et anticonformiste où s’enchaînent, foires d’art contemporain, défilés de mode, salons de luxe, champs de courses hippiques, au cadrage serré, éclairage au flash et couleurs saturées, qui ont fait la notoriété du photographe.

Moment où l’ordre se rétablit.

Champagne, diamants, émeraudes et rubis, logos de marque à profusion (en particulier sur les lunettes), cigares barreaux de chaise, chapeaux  féminins à l’excentricité très britannique, téléphones portables. Tous ces éléments distinctifs agissent comme un mode actif de relation sociale et culturelle. Une juxtaposition de signes, qui font dire à Martin Parr, que « les ressources de la planète seront mises à rudes épreuves quand les nouvelles classes moyennes de la Chine et de l’Inde auront le souhait et les moyens d’acquérir les produits de luxe dont l’Occident dispose déjà ».

La série terminée en 2008, par les photographies prises en France sur les champs de course de Chantilly et de Longchamp, apparaît, aujourd’hui, comme « un épitaphe de l’ère marquée par la cupidité et les excès qui est la notre ». Du fait de la crise économique, le regard de la série se fait sous un jour différent, qui renvoie à la gloire révolue d’une époque.

Martin Parr, photographe anthropologue ?

Membre de l’agence Magnum depuis 1994, Martin Parr joue sans cesse avec les limites du documentaire sur des sujets de société tels que la consommation (« Common sense » avec les gâteaux en forme de tête de petits cochons roses), les loisirs (« small world », série dédiée au tourisme de masse installée dans le jardin des Tuileries), les transports de masse ou le luxe.

PLANETE PARR – La collection de Martin Parr

Jeu de Paume Concorde – 30 juin – 27 septembre 2009

www.jeudepaume.org

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s