Première mondiale : Vogue crée la Fashion celebration night

Credits Vogue

Credits Vogue

Dans la nuit du 10 septembre 2009, à la veille du coup d’envoi de la prochaine Fashion Week été 2010 de New York, aura lieu l’évènement intitulé « Fashion’s Night Out », qui célèbrera la mode aux quatre coins de la planète. A l’origine de cette soirée, relayée dans 13 villes internationales, dont Paris, Anna Wintour, rédactrice en chef de l’édition américaine du magazine Vogue et Diane Von Furstenberg, créatrice de la robe portefeuille DVF et actuelle Présidente du Council of Fashion Designer of America.

Champagne et frivolité

L’objectif de la soirée new-yorkaise est de redonner confiance et de raviver la fièvre acheteuse de la fashionista, celle d’avant la crise. Il s’agit d’oublier, ne serait-ce que pendant quelques heures, les préoccupations de la recessionista, qui s’habille pourtant avec style, mais avec un budget serré. Les organisatrices ont prevenu, il n’y aura pas de prix au rabais.

Pas d’objectif chiffré. La créatrice Vera Wang, qui participe à la soirée, indique qu’il s’agit avant tout d’une opération de stimulation d’achat pour hommes et femmes toutes générations confondues. L’ensemble des organisateurs fera en sorte de créer une atmosphère, précise-t-elle : « Nous travaillons pour que les clients ressentent à quel point acheter peut être agréable et créatif ».

Acheter ou ne pas acheter ?

Oubliée l’époque, où il était de bon ton de faire son shopping dans son armoire. L’hyper-consommation, hier montrée du doigt, est présentée comme la solution incontournable pour contribuer à la reprise de l’économie . Redevenir frivole est un devoir.

Le mot d’ordre est de sortir, d’aller dans les magasins et d’acheter de nouveaux vêtements en mettant de côté les idées de recyclage ou de troc entre copines. La permission pour faire des folies est donnée jusqu’à 23h00, horaire prévu pour l’extinction des feux.

Stimulation d’achat oblige, l’ambiance sera à la fête. De nombreuses attractions sont prévues dans les grands magasins, à commencer par 40 créateurs, qui iront à la rencontre de leurs clientes chez Saks Fifth Avenue, DJ, bars à faux-cils, application de vernis à ongles contenant de la poudre de diamant, toutes les tentations, que les clientes avaient volontairement supprimées seront au programme.

La question que tout le monde se pose est de savoir si cet intermède médiatique persuadera les clients à payer plein pot des produits, qu’ils ont eu l’habitude d’acheter à prix discount, pour cause de sur- stockage.

Prévoyants, pour la saison à venir, les magasins ont réduit leurs commandes de 20% dans la perspective de la baisse de la demande.

Mode sinistrée

Selon l’institut d’études NPD Group, le secteur de l’habillement américain a accusé une baisse de chiffre d’affaires de 7% sur la période de janvier à juin 2009. A titre comparatif, l’IFM indique un recul de l’ordre de -3% en France.

Les seuls rayons, ayant connu une légère augmentation des ventes sont les sous-vêtements masculins et tous les produits en molleton, soulignant l’aspect pratique et fonctionnel de la consommation.

Conséquence de ce retournement économique, l’emploi dans les chaînes de magasins a été fortement touché. Une conseillère de vente sur 10, quelque soit le niveau de gamme des produits, a perdu son emploi au cours de ces derniers mois.

La mode est le deuxième secteur industriel à New-York, qui concentre le siège social de plus de 800 entreprises de mode, avec 175 000 emplois à la clé et l’équivalent de $ 10 billions (710 M€) de masse salariale. L’évènement vise, par conséquent, la préservation de l’emploi dans le secteur de la mode dans la capitale américaine.

Expérience shopping en France

Vogue Paris, avec le soutien du Comité Montaigne, créera l’évènement dans les boutiques du triangle d’or parisien. Le magazine organisera des animations Avenue Montaigne, Rue François 1er et Avenue George V. Carine Roitfeld, rédactrice en chef de Vogue Paris ainsi que les rédactrices du magazine interviendront comme « personal shopper » dans les 64 maisons prestigieuses qui participent à l’opération, parmi lesquelles Dior, Chanel, Sonia Rykiel, sans oublier Zadig & Voltaire et Manoush dont les boutiques se trouvent dans le quartier magique. Au programme : sélection de look de créateurs, guide d’achat et conseils personnalisés aux clients triés sur le volet. Pour les curieux, des invitations seront néanmoins insérées dans le prochain numéro de vogue à paraître le 24 août.

Vogue la galère

Dans la tourmente, la presse magazine doit parallèlement se réinventer. Condé Nast, qui édite Vogue, a vu le nombre de ses pages publicitaires baisser entre 30 et 40% au premier semestre 2009. La société de conseil Mc Kinsey & Co est chargée de réorganiser l’activité en fonction des nouveaux besoins des annonceurs et des lecteurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s