Sonia Rykiel, la reine du tricot chez H&M

Vitrine Sonia Rykiel-Photo Hélène Denamps

Vitrine Sonia Rykiel-Photo Hélène Denamps

Celle qui voit la mode en noir depuis la fin des années pop continue de bousculer les codes de l’élégance bourgeoise. Les mots habituellement inscrits sur les pulls sont affichés en vitrine dans un jeu de séduction à renverser les tabous. Maille à l’endroit, coutures à l’envers, Sonia Rykiel, qui a inventé « la démode » s’insurge toujours contre les diktats et les conventions. La mode doit être adaptée à chacune et non l’inverse. « Tout comme une femme nue est follement érotique, une autre peut l’être autant dans un sweater à col polo » affirme-t-elle. Eternelle reine du tricot, sa mode est intemporelle. « Sonia Rykiel est une vraie icône de mode, qui a inventé une signature de style autour de la féminité, le chic parisien et la modernité » estime la responsable de la création d’H&M, Margareta van den Bosch. Après Karl Lagerfeld, Stella McCartney, Comme des Garçons, Madonna, et prochainement Jimmy Choo avec chausures et accessoires, Sonia Rykiel sera la prochaine invitée VIP de la chaîne de mode à bas prix. Le lancement d’une collection de lingerie est prévue au début du mois de décembre, suivi d’une collection de tricots pour femmes et enfants au printemps 2010. Hennes & Mauritz (H&M) est le numéro trois mondial de l’habillement derrière l’américain Gap et l’espagnol Inditex (Zara). La créatrice est célèbre pour ses tricots moulants, les rayures, le strass et la dentelle.

Benetton perd ses couleurs au lavage

Vitrine Benetton-Photo Hélène Denamps

Vitrine Benetton-Photo Hélène Denamps

Effet de grisaille dans les vitrines Benetton. La marque italienne change de territoire pour exprimer ses valeurs. Elle affiche en grand format une image consensuelle lisse de tabous et de scandales. Les mannequins ont également perdu la multiracialité typique de l’enseigne aux pulls basiques multicolores. Exit les United Colors. Les enfants ont même les cheveux blancs! Bien finie la provocation instaurée, dans les années 90, par le photographe Oliviero Toscani, qui incarna les dérives de la publicité spectacle. Ses thèmes de prédilection étaient la religion (le fameux baiser du curé et de la nonne sous la cornette blanche), la guerre (l’uniforme taché de sang d’un soldat bosniaque assassiné par un sniper à Sarajevo) ou le sida sous les traits de David Kirby agonisant, entouré des siens, sur son lit d’hôpital. La saga Benetton, qui remonte au milieu des années 1950 a sans doute perdu de ses aspérités. Lire la suite

NICOLAS 600 mois, Petit Bateau pour toujours

Vitrine Petit Bateau-Photo Hélène Denamps

Vitrine Petit Bateau-Photo Hélène Denamps

Séquence nostalgie pour la marque transgénérationnelle « Petit Bateau », qui en donnant un nouveau souffle à son image, parvient à être « aimée de la naissance à l’âge adulte ». Profitant de la sortie du film « Le petit Nicolas », prévue le 30 septembre, Petit Bateau passe à une nouvelle galerie de portraits, qui met en scène les copains de Nicolas aux noms parfois bizarres: Rufus, Alceste, Maixent, Agnan, Clotaire …. Ainsi, pour marquer l’anniversaire du dynamique quinquagénaire, jusqu’au 11 octobre prochain, un jeu concours est  accessible dans l’ensemble des boutiques et sur Internet. Il permet de gagner de multiples cadeaux, parmi lesquels l’authentique pyjama des années cinquante du petit Nicolas. « C’est drôlement chouette », non ?

Do you bling ?

La Bling H2o-Photo Hélène Denamps

La Bling H2o-Photo Hélène Denamps

L’exposition, « Paris – Los Angeles » qui se déroule jusqu’au 11 octobre 2009 au Bon Marché Rive Gauche, nous fait parcourir les différents quartiers de la ville hollywoodienne en nous donnant des idées de shopping. Parmi la sélection de produits hype proposés, se trouve la célèbre eau de source, la Bling H2o, vendue en édition limitée. Sertie de cristaux Swarovsky, elle coûte 29 euros les 375 ml, ramenant le litre à la modique somme de 77,33 euros pour étancher sa soif d’über-riche. Comme le précise son fondateur, le scénariste et producteur Kevin Boyd : « This is pop culture in the bottle ». Mais c’était peut-être avant la crise.

Camper met ses chaussures sous filet

Vitrine Camper-Photo Hélène Denamps

Vitrine Camper-Photo Hélène Denamps

La marque de chaussures espagnoles continue de réinventer la réalité. Avec un humour décalé, elle s’inspire de la culture méditerranéenne et de ses marchés colorés. Comme l’Espagne est un gros producteur d’oranges, Camper met à l’honneur ces agrumes sous filet. Fidèle à sa philosophie, privilégiant une vie saine et vitaminée, la marque écolo apporte au packaging de ses chaussures, orange comme les fruits, toute sa créativité. Un de ses maîtres mots, qui par excellence, allie la tradition du savoir-faire et la modernité du design. Cet hiver, les citadines pourront être un zeste pressées.

Tirer le chat noir par la queue

Vitrine Lanvin - Photo Hélène Denamps

Vitrine Lanvin - Photo Hélène Denamps

Que diable se passe-t-il ? De Lanvin à la marque de vêtements pour enfant Sergent Major, le chat noir s’impose dans les vitrines. Symbole vivant des superstitions encore tenaces, cet animal est-il porteur de poisse ou au contraire, la clé d’une résurrection prochaine? Aux Etats-Unis, à une époque lointaine, les femmes de marins avaient pour habitude de garder un chat noir pour s’assurer le retour de leurs maris. Peut-être est-ce le talisman, qui grâce à son pouvoir magique, permettra de faire revenir les clientes dans les boutiques.

Douceurs toxiques chez Ladurée

Vitrine Ladurée-Photo Hélène Denamps

Vitrine Ladurée-Photo Hélène Denamps

L’automne est la saison des champignons. Ladurée, l’illustre maison fondée en 1862, réputée pour la fabrication de ses douceurs, inaugure en vitrine le parfum innovant de l’amanite tue mouche. Le spécimen est bien rouge à petites taches blanches appétissantes comme les perles de sucre des chouquettes. Pour ce temple de la gastronomie et de l’innovation pâtissière, la tendance se prépare à sortir des sous-bois. Le macaron vanille à la truffe noire de Pierre Hermé, surnommé par les américains le « Picasso of pastry », fait désormais figure de classique. Mais, que l’on se rassure, il ne s’agit bien entendu que d’un décor!