Oasis For Fun fait son happening

Street marketing Oasis-Photo Hélène Denamps

Street marketing Oasis-Photo Hélène Denamps

Retour à « la source magique » pour la boisson Oasis, propriété du groupe Orangina-Schweppes. Samedi, au rythme de la Techno Parade, Cebo la Mûre, Ramon Ta Fraise ou Ewa la Pêche et leurs petits amis, ont barboté avec plaisir et pour le fun dans une fontaine parisienne. En remplacement du traditionnel échantillonnage de dégustation, des ballons bleus, à l’effigie des fruits personnifiés, sont peu à peu lancés dans les bassins.

Oasis-Photo Hélène Denamps

Oasis-Photo Hélène Denamps

Cette opération de street marketing prend l’allure d’un happening (performance). Les ballons bleus, couleur de la marque Oasis, pourraientt éventuellement présenter, une similitude avec celle de l’IKB (International Klein Blue), le bleu caractéristique d’Yves Klein, artiste des monochromes.

Les spectateurs, se rassemblent pour participer à cet évènement improvisé. Surprise des parents. Intérêt des enfants. Mais il n’y a aucune prise en main du produit.

 

Une approche évènementielle

A une période où les comportements d’achat des consommateurs connaissant de profondes mutations, existerait-il une volonté de sortir des sentiers battus promotionnels?
Oasis-Photo Hélène Denamps

Oasis-Photo Hélène Denamps

Plutôt coutumière des doses de yaourt et des sachets de biscuits distribués le matin dans les gares, cette technique évènementielle apparaît comme l’amorce  d’un  changement d’angle d’approche.

 Nouvelles orientations promotionelles

Oasis-Photo Hélène Denamps

Oasis-Photo Hélène Denamps

Si l’on se réfère à l’histoire de l’art, les actions réalisées en public ont toujours été des manifestations dirigées contre les instances officielles. D’une certaine manière, les artistes ont adopté la performance pour briser les catégories et tracer les nouvelles orientations. Serait-ce donc le cas des marketeurs ? Allons-nous vers des concepts créatifs et originaux avec effet de théâtralisation, qui plus est pour des produits standard et bon marché ?

Développement du marché des soft-drinks

Beaucoup de questions, qui momentanément ne trouveront pas de réponses, car le groupe Orangina-Schweppes, s’appuyant sur l’argument de l’eau de source, a enregistré une croissance de +12% en volume sur la période janvier-mars 2009. Des performances, qui devraient poursuivre leur progression, les Français, en 2007, n’ayant consommé en moyenne que 47 litres de soft-drinks par habitant, loin derrière les Belges (103 l) ou les Allemands (97 l) – Source LSA, mai 2009.

Malgré le climat économique morose, le marché français des BRSA (boissons rafraîchissantes sans alcool), estimé à plus de 3 milliards d’euros, ne connaît pas la crise.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s