Prix de la mode au Printemps Nation

Sous les applaudissements the winners are…Prix public décerné à Romina Scarpeccio et prix du jury attribué à  (No) Smoking  et Nanduti by Liliana Riveros.

La troisième édition du jury du prix de la mode s’est tenue le jeudi 14 octobre au Printemps Nation. Elle était présidée par Lyne Cohen-Solal, adjointe au Maire de Paris et par Agnès Girard Directrice du magasin Printemps Nation.

Les finalistes entourant Lyne Cohen-Solal et la Directrice du Printemps Nation

Organisée en partenariat avec le ville de Paris, le prix de la mode Printemps Nation a pour vocation, depuis sa création,  de distinguer un créateur de mode pour la conception et la réalisation d’une silhouette de prêt-à-porter. Cette année, en cohérence avec l’opération commerciale du Printemps Haussmann, célébrant les designers américains : Marc Jacobs, Alexander Wang, Ralph Lauren, Proenza Schouler ou Thakoon, pour n’en citer que quelques uns, le thème de référence imposé aux jeunes créateurs était New York.

Prix public sous l’influence de Tom Ford

Romina Scarpeccio

Pour aller au-delà de l’expérience shopping, Printemps Nation, a une nouvelle fois convié ses clientes à cet évènement. Parmi les six finalistes, le jury public a élu Romina Scarpeccio, dont la robe blanche glamour à fleur brodée de sequins l’a particulièrement séduit. Un choix motivé par son esprit couture, alliant créativité et pièce d’exception. Avant tout, le vêtement chez Romania Scarpeccio, se veut personnel, singulier, inédit, unique, car taillé à la perfection sur mesure. Guidée et conseillée par le designer Tom Ford, c’est en  2006 que Romania Scarpeccio lance sa marque. Puis en 2010, elle lance une collection de prêt-à-porter accessible à toutes.

Prix du jury entre masculin-féminin et chic ethnique

Pour ce prix ex-aequo, le point commun, existant entre (No) Smoking et Nanduti by Liliana Riveos est l’attention portée à la coupe du vêtement, qui sublime la silhouette.

(No) Smoking

L’allure intemporelle du tailleur pantalon proposée par Anne-Cécile Meignan et Maud Pannequin pour (No) Smoking, laisse apparaître une femme à l’élégance minimaliste. Pour s’adapter au thème New-York, le drapé de l’encolure a été réalisé en jersey, pour que cela fasse « plus cool » précise l’une des créatrices. « Parce que cela correspond à l’idée que je me fais des américaines, qui recherchent un porté plus décontracté ». Et le collier ? « Les boulons symbolisent l’aspect urbain et industriel». Les détails se complètent et forment un tout sans déroger à la sobriété graphique.

A l’inverse, Lilian Riveros, créatrice de la 

Nanduti by LR

marque  Nanduti by Liliana Riveros, met la couleur et la sérigraphie à l’honneur. Elle renvoitl’image d’une jeune femme audacieuse et mystérieuse, fascinante et sublimée. Lancée en 2007, Nanduti by Lilian Riveros est une marque franco-argentine de vêtements à la fois chic et ethniques. Vêtements structurés et transformables grâce à des jeux de zips astucieux. C’est le concept du deux en un, qui métamorphose un blouson en manteau. Plaisir supplémentaire, le tweed est d’une douceur extraordinaire.

Un espace de vente en guise de récompense

Le Printemps Nation, lieu de shopping de référence de l’est parisien, véritable prescripteur de mode au cœur du monde contemporain, donne aux gagnants la possibilité de se confronter à sa clientèle en leur offrant un espace de vente dans son magasin durant un mois en fin d’année.

Les Ateliers de Paris, partenaires de cet évènement offrent un accompagnement économique aux lauréats.

Ambrym, Tessa Delpech et Mademoiselle Pimpante

Ambrym

Parmi les participantes, n’oublions pas de citer Ambrym, dont les vêtements racontent une histoire de métissages culturels entre Paris, Rio et Tokyo. C’est à l’occasion du dernier salon Ethical Fashion Show, que quelques uns des accessoires de Gabriele Gérard  extraordinaires (dont les fameuses chaussures à cheveux tressés!) ont été exposés.

 Tessa Delpech  privilégie une allure parisienne chic. Elle effectue un travail permanent sur les coupes, les tonalités contrastées tout en subtilité et des détails ultra-féminins. La silhouette proposée rose et blanche fait penser à la série américaine culte et tendance « Mad Men ». Un petit tour sur son site s’impose pour un clin d’œil à Marilyn Monroe. Poopoopeedoo……..

Quant aux sœurs Johanne Sibony et Lisbel Mayaux-Sibony, elles créent pour leur marque « Mademoiselle Pimpante » des modèles tendances et féminins. Elles privilégient les  matières précieuses ou naturelles, telles que la soie ou le coton, qu’elles agrémentent de dentelle ou de broderies. Mais indiscutablement, c’est pour la fausse fourrure française que leur cœur bât la chamade, car « c’est la plus belle du monde ». La silhouette proposée composée d’un sarouel vert aux éclats de lurex, d’un T-shirt « club 54 » et d’un boa en fausse fourrure (of course) fait penser à Jade Jagger.

Ce prix a regroupé une très belle sélection de styles et de personnalités riches et variées, donnant une image dynamique et inspirée de la jeune création de mode française.

Rendez-vous donc l’année prochaine pour le quatrième prix du Printemps Nation.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s