Ciel mes bijoux ! Paris, capitale de la joaillerie

Peut-être avez-vous déjà participé aux cours publics et gratuits de la ville de Paris. En 2003-2004, le cycle , qui s’intitulait: « A Paris, la mode est capitale », avait parcouru l‘histoire de la mode parisienne à travers les siècles. Pour marquer la période contemporaine, Maria Luisa et Christian Lacroix avaient compté parmi les intervenants de choix.

Cette année, l‘Ecole du Louvre aborde le luxueux sujet de la joaillerie française. Les cours ont commencé vendredi dernier et se poursuivront jusqu’au mois de mai 2011. « Les diamants de la couronne », la clientèle des bijoutiers-joailliers parisiens de l‘Empire à la IIIe République, « René Lalique, maître de l’Art Nouveau » et toutes autres périodes marquantes de l’histoire de la joaillerie jusqu’à nos jours seront abordées.

On ne le sait peut-être pas assez, mais c’est seulement à partir du XIXe siècle, que la bijouterie-joaillerie française atteint une renommée internationale.

Tout d’abord diffusée dans un cercle restreint de l‘aristocratie, cette ouverture au monde, sera amplifiée par les Expositions universelles. Les différents courants artistiques (Art Nouveau, Art Déco…) illustreront la suprématie de l‘art des bijoutiers parisiens.

Cours du 19 novembre

Au cours de cette première séance d’introduction, Marie-Emilie Vaxeliaire (docteur en histoire de l‘art, gemmologue, diplômée de l‘institut national de Gemmogie (ING) et de la Fédération of European Education in Gemmology (FEEG), a dressé la situation de la joaillerie sur la période allant du Moyen-Age à la fin du XVIIIe siècle.

La joaillerie, pierres fines et précieuses…

Exception culturelle oblige, la distinction faite entre la bijouterie et la joaillerie serait typiquement française. En anglais, italien ou espagnol, le mot est unique : jewellery, giolleria, joyeria. Les deux branches, bijoux et objets précieux, s’expliqueraient historiquement par le niveau d’exigence de la clientèle française particulièrement élevé aux XVe et XVIe siècles. Le secteur se serait adapté à la demande du marché, ce qui pourrait bien être du marketing avant l‘heure.

Au-delà des vertus thérapeutiques attribuées aux pierres précieuses contre les épidémies, les significations religieuses induites par le dromadaire (assimilé au Christ, car il s’agenouille), ou le pélican, qui correspond au sacrifice du Christ, qui versa son sang pour sauver les hommes, le « memento mori », genre de vanité datant de 1540-1550, en forme de cercueil, avec squelette émaillé intégré, rappelait à son propriétaire : « souviens-toi que tu vas mourir ». L‘histoire ne dit pas si cela le poussait réellement à avoir une vie plus vertueuse.

L’attrape-puces a du chic

Les bijoux utilitaires sont heureusement plus drôles. Une paire de boucles d’oreilles cachait un nécessaire à couture, avec ciseaux, fils et aiguilles. De même que cette mode curieuse du XVIe siècle, qui consistait à porter autour de son cou un pendentif cure-dents en or, incrusté de pierres précieuses et une fourrure « attrape-puces » contre les parasites. La toile présentée mettait en scène une élégante, arborant sa martre empaillée, dont la tête en argent, était un pur chef-d’oeuvre d’orfèvrerie.

Passons les colifichets et la mode des rubans en tous genres de l‘époque Louis XV, puis les charmants paniers fleuris des années 1780. C’est sur des boucles d’oreille en forme de guillotines, que le chapitre des bijoux citoyens s’est refermé.

Les cours se déroulent tous les vendredis de 18h30 à 19h30.
Entrée gratuite dans la limite des places disponibles.
Ecole du Louvre
Amphithéâtre Rohan, 99, rue de Rivoli, 75001
Entrée par le Carrousel du Louvre
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s