Anish Kapoor au Grand Palais

Anish Kapoor, Monumenta 2011 – Photo Hélène Denamps

Après Anselm Kiefer, Richard Serra et Christian Boltanski, le sculpteur britannique, d’origine indienne investit la Nef du musée parisien. L’ambition de l’artiste était que l’œuvre soit « percutante, qu’elle joue avec l’espace ». Pari du gigantisme gagné, car l’espace est physiquement rempli d’une structure organique en PVC monochrome, de 72 000 m³, gonflée comme un ballon.

L’effet de surprise entraîne le spectateur dans une expérience inédite et sensorielle véhiculée par la couleur .Violet à l’extérieur et rose à l’intérieur. Ombre et lumière, se confrontent pour provoquer l’émerveillement lorsque nous sommes plongés au centre du corps de la sculpture, comme revenu à l’état fœtal. Eclairé par la lumière du jour, la structure métallique de la verrière apparaît par transparence. Nez levé vers le ciel, le spectateur expérimente, symboliquement, la naissance à la vie.

L’intérieur de Leviathan – Photo Hélène Denamps

« Un seul objet, une seule forme, une seule couleur ». c’est en ces quelques mots clés, qu’Anish Kapoor résume son projet pour la quatrième édition de Monumenta. L’artiste l’a nommé « Leviathan » en référence au monstre marin de la Bible, prêt au moindre faux pas à anéantir le monde.

Monumenta, Grand Palais
Du 11 mai au 23 juin
www.monumenta.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s